Si les végétaliens se refusent à manger tout produit et sous-produit animaux, le régime végétarien autorise la consommation d’œuf et de produits laitiers et ce y compris les yaourts.

Leur consommation occupe d’ailleurs une place intéressante dans le régime alimentaire végétarien pour des raisons assez évidentes liées notamment à la préservation du capital osseux et à sa source de protéines.

Toutefois, ces derniers mois, des alertes se sont multipliées quant à la présence d’ingrédients d’origine animale dans la composition de pots vendus en supermarchés.

La principale substance épinglée n’est autre que la Gelatine dont l’origine n’est pas renseignée sur certains produits. Il y a quelques mois, l’ONG Foodwatch avait ainsi dénoncé les yogourts Yoplait 0 %. Si la marque indiquait bien la présence de gélatine sur ses pots, elle ne faisait aucune mention de son origine de fabrication à base de bœuf.

Outre ce manque de transparence, Foodwatch s’interrogeaient sur les raisons qui motivent la présence de la gélatine dans certains produits laitiers.

Consommation de yaourts : évitez le piège

Selon l’ONG Foodwatch, des yaourts marqués sans conservateur, sans colorant et sans arôme artificiel contiennent en réalité de la gélatine d’origine animale. La gélatine animale est constituée de protéines de collagène transformées après avoir été extraites de la peau et des os des porcs, des veaux et des bovins.

Elle se présente sous forme de gelée, dont les propriétés sont utiles dans de nombreux domaines. Dans l’alimentation, on s’en sert davantage pour ses propriétés stabilisantes.

L’utilisation de la gélatine pour la fabrication de yaourts tels que Yoplait, trouve son intérêt dans la texture qu’elle apporte. Ainsi, les produits concernés sont des produits allégés (yaourt 0 %) dépourvus de gras, auxquels la gélatine donne de la texture, ainsi qu’une certaine onctuosité.

Cependant, les fabricants et groupes d’industriels se gardent bien de faire explicitement mention sur l’étiquette de l’utilisation de substances animales. Ils se contentent généralement d’indiquer la présence de gélatine. Par conséquent, à moins que vous ne soyez vraiment un consommateur averti, vous ne pourrez pas vous douter de la supercherie.

Suite à la publication de l’article de Foodwatch et à la pétition qu’ils ont mis en place qui a récoltée plus de 12 500 signatures, Yoplait s’est engagé à supprimer courant 2019, la gélatine de bœuf de ses paniers 0 %.

Si cette annonce est une bonne nouvelle, on peut se poser la question de savoir comment se prémunir de ces pratiques douteuses du monde industriel ?

Quelles dispositions efficaces faut-il prendre ?

Si Yoplait s’est plié suite à cette pétition, il n’est pas le seul à avoir recours à ce genre de pratique. Il est, en effet, fréquent de voir la mention gélatine sur certains yaourts sans précision quant à l’origine. Quelle disposition efficace faut-il prendre face à ce type d’agissement ?

1. S’informer d’avantage

Une solution pourrait être de faire preuve de plus vigilance lors de vos achats, et de chercher ce qui se cache derrière les appellations et codes des étiquettes de vos produits. Cependant, les industriels agroalimentaires se gardent bien d’indiquer clairement aux consommateurs l’origine de certains ingrédients et il n’est pas toujours évident de s’y retrouver. Lorsqu’un doute se présente, vous pouvez faire une recherche sur l’internet ou contacter directement la marque pour plus d’informations.

2. Manger moins de produits transformés

Comme mentionné précédemment, ce type d’agissement s’opère principalement sur des produits transformés. Si on supprime les graisses d’un yogourt, il faut bien ajouter autre chose pour compenser la perte de texture.

Dans ce type d’aliment, le marketing prime avant tout et les industriels trouvent les parades les plus avantageuses économiquement pour combler la perte d’ingrédient parfois au détriment de la santé du consommateur.

Ainsi, pour éviter d’être pris au piège par la société de consommation, il pourrait être utile dans un premier temps d’éviter la consommation de produits transformés tels que les yaourts 0 % en privilégiant d’avantage les yaourts nature entiers. En effet, ces derniers comportent deux ingrédients : du lait et des ferments lactiques.

3. Cuisiner ses propres yaourts

La meilleure solution reste de réaliser soi-même ses propres yaourts. La recette n’est pas difficile et il vous suffit de vous équiper d’une bonne yaourtière. Si vous n’en possédez pas, Tutti-Quanti à récemment faire un article sur les meilleurs modèles (https://www.tutti-quanti.fr/meilleure-yaourtiere/).

Yaourtière Moulinex YG231E32
Yaourtière Moulinex YG231E32

Faire ses propres yaourts est une solution pratique et beaucoup plus rentable au final. En effet, la production d’un yaourt maison vous évite la désillusion des pots achetés dans le commerce et vous permet également de faire des économies sur le long terme.

Par ailleurs, d’autres avantages sont liés au recours à la yaourtière. Elle vous permet de faire des yaourts sains. Puisqu’il s’agit de votre préparation, vous êtes totalement libre d’y mettre les ingrédients que vous voulez. Vous pouvez ainsi faire le choix d’une production bio, en sélectionnant à l’avance les bons ingrédients, et en limitant la présence de matières grasses dans votre yaourt.

L’argument écologique est un critère qui pèse également lourd dans le choix d’une yaourtière. En effet, il est important de savoir que la plupart des pots de yaourt disponibles dans le commerce ne sont pas vraiment recyclables : il s’agit d’autant de déchets produits et laissés dans la nature.

Par conséquent, en dehors de l’économie de ressources qu’elle rend possible, l’utilisation d’une yaourtière permet de faire aussi l’économie de ces pots en plastique non-recyclables.

En définitive, pour aider votre organisme et préserver votre capital osseux, veillez non seulement à consommer des produits laitiers en l’occurrence du yaourt maison, mais également à adopter une alimentation riche en légumineuses, noix, grains, fruits secs, céréales et légumes à feuilles vertes. Et gardez à l’esprit d’éviter les produits transformés.

Catégories : Tendance Actu